Recherche avancée

Accueil > Articles et témoignages > " Développement durable : je t'aime, moi non plus ! "

Articles et témoignages

 

" Développement durable : je t'aime, moi non plus ! "

crédit photo : Alterre Bourgogne

 

Lawrence Guillaume travaille au CPIE Bresse du Jura* et à Tussiliiq**, association d’éducation environnementale. Au sein de ces deux structures, il est tour à tour éducateur nature, formateur en éducation environnementale et enseignant et formateur sur le brevet de technicien supérieur agricole « gestion et protection de la nature » (BTSA GPN).

Il a participé à l’élaboration du séminaire SFFERE « Développement durable : je t’aime, moi non plus ! » organisé par Alterre Bourgogne, le mercredi 19 novembre 2014 à AgroSup Dijon et nous propose un retour sur cette journée.

 

Pourquoi «  Développement durable : je t’aime, moi non plus » ?

Ce thème est né d’un constat - partagé au sein du groupe de travail SFFERE d’une usure du concept de développement durable, d’une lassitude chez une part de la population que les uns et les autres nous côtoyons (les élèves sur le temps scolaire et hors scolaire mais aussi les adultes) lassitude qui confine parfois à l’agacement.  L’approche est souvent culpabilisante et on assène trop de certitudes, avec une dimension  « bien pensante » qui peut s’avérer excluante, voire discriminante. L'objectif que le groupe de travail s'est donné pour le séminaire était de ré-enchanter le développement soutenable pour en proposer une relecture. Il ne s’agit pas, bien sûr, de rhabiller le concept, ni d’un coup de cosmétique à appliquer pour rendre le développement durable plus vendeur, mais bien d’une réécriture complète du concept lui-même, pour le rendre à la fois plus compréhensible et enviable, mais aussi plus efficace et socialement compatible.

 

Qu'avez vous particulièrement apprécié dans ce séminaire ?

Je n’ai participé qu’ à trois ateliers l’après-midi et je ne peux donc faire de retour que sur les interventions auxquelles j’ai assisté.

J’ai beaucoup apprécié l’interpellation et la réinterprétation du concept de développement durable qui nous a été proposée par Jean-Philippe Robinet, formateur à l’Institut d’éco-pédagogie de Liège. Son intervention était pleine de sens. C’était un mélange judicieux et savamment dosé de pertinence et d’impertinence, qui  m’a paru de nature à ré-enchanter le développement soutenable. La méthode aussi, décalée et illustrée, a interpelé une grande partie de l’auditoire et a permis de mettre tout le monde en réflexion.

J’ai aussi apprécié l’approche de l’EEDD des Petits Débrouillards. Là encore, la démarche est intrinsèquement assez subversive : elle promeut en effet une réelle divulgation de la connaissance scientifique au plus grand nombre, au sens large, de façon non discriminante et non élitiste. Elle s’inscrit ainsi directement dans la continuité de certains éléments fondateurs de l’éducation populaire.

Enfin, je dirais du témoignage de l’architecte Sophie Ricard (« construire ensemble le Grand ensemble à Roubaix ») présenté en atelier, que c’est une application concrète et pragmatique des valeurs du développement soutenable, et notamment sur les volets social et économique. C’est particulièrement intéressant pour nous qui avons souvent une entrée environnementale dans le développement soutenable. Ce témoignage a  démontré qu’il est possible de faire des « trucs » concrets qui fonctionnent.

Quand je participe à ce genre d’évènements, si je repars avec plus d’envies qu’en arrivant, plus d’idées, plus d’espoir, je suis satisfait.  Ce qui a été le cas.

 

Qu'en retirez-vous ?

Il faut prendre au sérieux ce qu’on fait et arrêter de se prendre au sérieux soi-même ! Une image m’est venue, que j’ai souhaité partager ensuite avec mes élèves du BTSA Gestion et protection de la nature, après le séminaire SFFERE (et aussi quelques expériences découvertes par ailleurs) : quand je fais un affouage en forêt, en quittant les lieux à la fin de la journée, je me retourne toujours pour regarder le tas de bois derrière moi et à ce moment-là, j’éprouve une certaine fierté. En matière d’EEDD, je pense que c’est la même chose : il faut agir en sorte d’être fier du travail réalisé, au lieu de contempler mentalement tout ce qu’on pourrait faire. Avec pragmatisme et engagement, on peut faire des choses ensemble. Et, quelle que soit l’entrée choisie- le social par exemple -, l’environnemental, l’économique suivent…. Il faut sortir du côté jargonnant et de l’entre soi, il ne faut pas hésiter à aller voir ce qui est fait ailleurs par d’autres… Il y a de nombreuses actions et réalisations qui sont conduites hors de la lumière de la médiatisation et c’est aussi par ces alternatives qu’on arrivera vraiment à faire du développement soutenable.

Notre rôle en tant que formateur et éducateur à l’environnement, c’est de faire comprendre, de donner envie, d’accompagner et surtout, surtout, de dédramatiser le développement soutenable, pour donner à chacun la possibilité, le pouvoir d’agir.

*Le CPIE Bresse du Jura est une structure associative d’éducation à l’environnement qui  agit dans trois domaines d’activités :

 • La formation (formations longues, pour préparer des professionnels aux métiers liés à l’environnement ; ou formations courtes, pour permettre à chacun de compléter ses connaissances)

• La sensibilisation : auprès de tous les publics à travers des rencontres, sorties, découvertes, et auprès des plus jeunes, en milieu scolaire comme en accueil de loisirs.

 • L’accompagnement et la valorisation des territoires, à travers l’interprétation et la gestion de site.

**Tussiliiq est une association qui agit dans le domaine de la sensibilisation, de l’animation et de la pédagogie de l'environnement, mais aussi dans le conseil, le développement local et l’animation rurale, la formation en éducation environnementale, l’accompagnement de classes dépaysées…

 

Séminaire SFFERE « Développement durable, je t’aime, moi non plus ! »

 

L’éducation à l’environnement et au développement durable à travers les valeurs et les savoir-faire qu’elle transmet a pour rôle de contribuer à « ré-enchanter » le développement durable, et fournir les recettes d’une mobilisation réussie. C’est sur ce sujet qu’a porté le 5e séminaire SFFERE, qui s’est tenu le 19 novembre 2014, à AgroSup Dijon.

 

Vous trouverez une présentation des thèmes des deux interventions et des ateliers proposés ce jour-là aux participants dans le fichier joint ci-dessous :

 Les contenus du séminaire Sffere 2014

 


© Plate-forme de l'EEDD en Bourgogne - Contact - Financeurs  - Infos légales - Crédits - Plan du site